Pourquoi ne sommes-nous pas égaux devant la vieillesse ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

En 1969, la découverte d’une enzyme la « Super-Oxyde-Dismutase » (SOD) a permis d’attirer l’attention sur l’importance des Radicaux Libres (RL) en biologie humaine. En quelques années, un grand nombre de phénomènes physiopathologiques liés à un excès de RL ont été mieux compris.

En effet, les radicaux libres interviennent dans de nombreuses pathologies chroniques telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer et les infections ORL.

RADICAUX LIBRES

Les radicaux libres sont des composants chimiques très réactifs produits de façon constante dans des conditions biologiques normales, dans les mitochondries, dans le processus de détoxification du cytochrome hépatique P 450, par la NADPH oxydase des macrophages et dans de nombreuses autres réactions d’oxydoréduction où interviennent oxydases et peroxydases.

Une fois formé, ce type de radicaux peut attaquer toutes les structures à l’intérieur de notre corps.

En conséquence, ils interviennent dans le vieillissement, en particulier pour la peau et dans la pathogenèse de plusieurs maladies humaines, spécialement carcinogenèses, dans l’athérothrombogenèse, dans le développement du diabète, dans les infections ORL et les maladies auto immunes.

En fait, l’organisme est protégé de façon naturelle contre l’attaque des radicaux libres par des systèmes enzymatiques intracellulaire ou de détoxifications chimiques.
Toutefois, différents facteurs liés à l’environnement, spécialement les rayons U.V., les gamma radiations, la pollution, le stress, les médicaments, la cigarette, un déséquilibre alimentaire, l’alcoolisme peuvent accroître leurs formations.

Donc, suivant le style de vie, les facteurs génétiques  et/ou nutritionnels, ces systèmes de régulation peuvent être dépassés par une augmentation anormale de la production de radicaux libres et/ou par une diminution des processus antioxydants de défense.

Il en résulte une perturbation de toutes les capacités de défense de l’ensemble de notre organisme.

Ces composés chimiques très réactifs, peuvent avoir de nombreux effets nocifs à la fois sur l’équilibre intracellulaire et extracellulaire :
ils peuvent réagir avec les bases puriques et pyrimidiques des acides nucléaires, induisant une fragmentation de l’A.D.N. ce qui entraîne de graves conséquences dans la transmission du message génétique.

ils peuvent également endommager des protéines spécifiques telles que les récepteurs des membranes cellulaires ou certains enzymes particulièrement ceux contenant des amines. Plus encore, ces radicaux libres peuvent provoquer la peroxydation des acides gras polyinsaturés de la membrane cellulaire et les lipoprotéines circulantes.

De cette façon, ils peuvent provoquer un déséquilibre prononcé du métabolisme cellulaire, puis entraîner un défaut de la perméabilité membranaire qui peut conduire à la lyse de la cellule.

MECANISMES DE DEFENSE

Toutes les cellules sont équipées de puissants dispositifs de protection endogènes : vitamines, cofacteurs (zinc, cu) et enzymes, complétés par l’intervention de facteurs exogènes nutritionnels, baptisés « Anti oxydants » ou « Piégeurs de RL » ou encore « Free Radical Scavengers »

UN TEST SANGUIN POUR MESURER NOTRE RESISTANCE AU RADICAUX LIBRES

Ce test permet d’établir un lien entre défenses immunitaires et défenses anti radicalaires. Il permet de prouver que des individus en bonne santé possèdent un potentiel global de défense anti-radicalaire élevé et constant. A l’inverse, être en dessous des valeurs seuils signifie que les défenses sont affaiblies. Une action préventive est alors possible pour rétablir un niveau de défense normal chez les sujets devenus à risque.
Il s’agit donc d’un outil formidable pour la médecine préventive mais aussi pour le suivi clinique et thérapeutique des malades.
Mesurer le stress oxydatif, donc sa vitesse de vieillissement était un rêve devenu désormais réalité.

Le potentiel de défense antioxydant d’un individu peut donc être désormais évalué en soumettant un échantillon de sang total à un stress oxydatif. Les défenses anti oxydantes extracellulaires et intracellulaires continuent à maintenir l’intégrité de la membrane cellulaire et de ses fonctions jusqu’à la lyse de la cellule.

Ce test permet également d’objectiver in vitro et in vivo l’efficacité d’un traitement à base de produits naturels « anti radicalaires ».

Nous avons testé  notre complexe STIMUNYL qui détient  une forte action anti-radicalaire marquée.


L’association la plus puissante reste la synergie LACTOFERRINE + VITAMINE C

Découvrez l’intégralité de la formule STIMUNYL en consultant ce lien

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »