Rhinopharyngite, Coucou me revoiloù !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Avec l’hiver, les rhinopharyngites ont fait leur retour.Il y a fort à parier que votre enfant risque d’être confronté à cette pathologie durant cette période :
Pas d’inquiétude cependant, dans la majorité des cas il en guérira sans aucune séquelle.

La rhinopharyngite est en effet une affection bénigne et seules ses complications peuvent être préoccupantes. Pas d’affolement donc à l’apparition des premiers
symptômes, mais vigilance cependant pour guetter les signes de ces fameuses complications qui doivent vous faire prendre la décision de consulter votre médecin traitant.

Dans la terminologie médicale, le suffixe « -ite » signifie « inflammation », La racine désignant l’organe atteint:  Ainsi le terme  « otite » = « inflammation de l’oreille » etc…

Le terme « rhinopharyngite » signifie donc « inflammation des fosses nasales et du pharynx ».
Lorsqu’il s’agit de rhinopharyngite hivernale, elle est consécutive à une réaction de l’organisme face à une agression le plus souvent virale.
Le virus incriminé pénètre dans l’organisme par les voies respiratoires alors que l’on est au contact d’un sujet malade ou sur le point de l’être.
La période hivernale est très propice à la transmission de ce type de virus, alors que l’on se croise dans les transports en commun,les grands magasins ou tout autre local surchauffé, parfois enfumé. Les voies respiratoires sont par ailleurs déjà passablement malmenées par les brusques variations de température et d’humidité que notre mode de vie urbain lui inflige, et donc particulièrement réceptives et vulnérables à la moindre « attaque » virale.

Chacun d’entre nous a pu en mesurer les symptômes :
Le début est très brutal, comme c’est le cas dans la plupart des maladies virales, il débute par une première phase de congestion nasale couplée de douleurs pharyngées:
l’enfant parle du nez et se plaint d’avoir mal à la gorge. Parfois dès ce stade existe une toux sèche, irritative, rarement des maux de tête.
L’enfant peut paraître déjà abattu, ou au contraire surexcité. La fièvre n’est pas toujours présente. Cette phase de début dure très peu de temps, une demi-journée à deux journées tout au plus.

Survient ensuite ce que l’on appelle la « phase d’état »: C’est l’écoulement nasal qui prédomine, régulièrement accompagné de toux.
En l’absence de complication, la fièvre (lorsqu’elle existe) est rapidement retombée ou reste très modérée, ne dépassant pas les 38°5. L’enfant prend un aspect « morveux », ne respire que par la bouche, et désespère sa maman par un écoulement souvent assez profus, relativement clair, et par une toux, parfois quinteuse, mais paradoxalement bien tolérée, en tous cas par l’enfant, parfois moins par la maman.
Cette phase va durer environ une semaine à dix jours, puis les sécrétions se tarissent progressivement en 4-5 jours, devenant plus épaisses, et prenant un aspect « opaque » parfois franchement purulent. En l’absence de fièvre, il ne s’agit que d’une surinfection locale par des bactéries « opportunistes » peu agressives:  il n’y a aucun signe de gravité.

Quelques conseils d’hygiène de vie durant cette période :

Ne pas exposer l’enfant aux variations de température,

ne pas se déplacer en altitude,

l’isoler si possible des autres enfants,

éviter la fumée de tabac.

Surveiller sa température.

Lorsqu’il sait se moucher, le forcer à le faire très fréquemment, il ne le fera pas spontanément, car l’enfant, contrairement à l’adulte tolère très bien de ne pas respirer par le nez et respire par la bouche, favorisant ainsi la stagnation des sécrétions dans les fosses nasales, elle même source d’infection.
Si l’enfant ne sait pas se moucher, lui laver souvent le nez, plusieurs fois dans la journée, uniquement avec un liquide adapté (Solution isotonique performante : RHINYL - Laboratoires BIORL) jamais avec de l’eau
non-salée qui ne ferait qu’augmenter la congestion des muqueuses.

Les deux complications les plus fréquentes:

L’otite moyenne aiguë: l’enfant a mal, se plaint de l’oreille, vous réveille la nuit.
La bronchite ou la bronchiolite: les symptômes  se déplacent vers les voies respiratoires basses, l’enfant a du mal à respirer, sa respiration devient bruyante.

Alors, si vous souhaitez éviter ce type de désagrément hivernal à votre enfant, n’hésitez pas à prévenir ce type d’infections en renforçant ses défenses immunitaires grâce à STIMUNYL Activateur des Défenses Naturelles de l’Organisme (cure 2 mois) eten lui imposant une hygiène nasale irréprochable grâce à RHINYL Solution isotonique à commander sur www.biorl.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »