Acouphènes : Et si votre cerveau pouvait baisser le volume ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

acouphènes cerveau

Les patients souffrant d’acouphènes entendent des bruits « fantômes » et sont parfois tellement gênés par ces sons perçus dans leurs oreilles, qu’ils éprouvent de grande difficulté de concentration. Un nouveau traitement testé dans une étude récente, pourrait aider les malades, non pas à ne plus entendre ces bruits, mais plutôt à mieux leur faire face dans leur vie quotidienne.

Une étude pilote menée à l’école de médecine de l’Université Washington de Saint-Louis, a montré que des patients participant à une thérapie cognitive sur ordinateur, auxquels a été administré un médicament appelé la D-cyclosérine, présentent une amélioration significative de la capacité à gérer leur quotidien comparés à ceux ayant reçu un placebo.

Cette étude, réalisée sur une trentaine de patients, est parue le 30 Octobre dans le Journal de chirurgie ORL (JAMA).

“Nous pensons que les problèmes et les solutions concernant les acouphènes se trouvent dans le cerveau“, a déclaré l’auteur principal Jay F. Piccirillo, MD, professeur d’otorhinolaryngologie . ” Nous ne savons pas ce qui cause ces bruits fantômes. Beaucoup de gens souffrant d’acouphènes ont eu un traumatisme sonore ou une perte auditive, mais pas tous. Et en même temps, un grand nombre de personnes atteintes de lésions de l’oreille ou de perte d’audition n’ont pas d’acouphènes. “

Les deux groupes ont reçu la même thérapie cognitive, impliquant des exercices sur ordinateur visant à améliorer le traitement du son, de la parole et de la mémoire. Piccirillo et ses chercheurs se sont demandés si ce médicament pouvait potentialiser plus rapidement les effets de l’entrainement cognitif que chez ceux ayant reçus un placebo. La D-cyclosérine est une molécule favorisant la neuroplasticité, c’est-à-dire, la capacité à permettre au cerveau de changer et de s’adapter, que ce soit dans la résolution des peurs irrationnelles ou dans l’amélioration de la concentration, de l’attention ou encore des fonctions exécutives, c’est à dire l’ensemble des processus mentaux qui régissent les tâches (comme la planification, l’organisation, la résolution de problèmes et la prise de décision).

A l’origine, la D-cyclosérine a été développée comme un antibiotique et est encore prescrite contre la tuberculose résistant aux médicaments. Plus récemment, cette molécule a été utilisée dans les soins psychiatriques pour aider à traiter les phobies et l’anxiété. L’hypothèse de travail est donc que, grâce à son action sur la neuroplasticité, ce médicament peut accroître la capacité d’adaptation du cerveau face aux acouphènes, et ainsi aider les patients à les ignorer ou à s’y habituer, même si ces sons persistent.

” Chez les personnes qui n’arrivent pas à ignorer l’acouphène et à s’en détacher, il existe des preuves que certains réseaux du cerveau, y compris les zones de l’attention, des fonctions exécutives et de l’émotion, ne fonctionnent pas correctement “, a déclaré Piccirillo . “Nous pensons que la thérapie cognitive aide nos patients à modifier le câblage dans le cerveau, ce qui peut les aider à diriger l‘attention loin de l’acouphène. “

Par conséquent, Piccirillo et ses collaborateurs ont émis l’hypothèse qu’un tel médicament capable de favoriser le remodelage cérébral pourrait ainsi aider les patients à profiter plus rapidement des avantages de la thérapie cognitive.

« Pour modifier le cerveau, vous devez le stimuler », a déclaré Piccirillo. «Si la tâche est trop dure, vous abandonnez. Mais si elle est trop facile, vous vous ennuyez. Avec ces exercices psycho-cognitifs, le programme est conçu pour ajuster la difficulté de sorte que les patients répondent correctement à 80%. Il devient plus difficile car ils font des progrès, mais ils sont toujours à la barre des 80%. L’idée est qu’avec la D-cyclosérine, les patients assimilent plus efficacement et plus rapidement le programme de thérapie cognitive. »

« Il y a beaucoup d’évidences que la D-cyclosporine peut aider les gens à « entraîner » leur cerveau. Elle facilite la neuroplasticité et est reconnue efficace pour gérer les peurs, les troubles anxieux et les troubles obsessionnels compulsifs. Aujourd’hui, nous avons la preuve qu’elle présente des avantages certains sur les acouphènes. »

” Nous tenons à effectuer une étude plus large avec le même programme de training cognitif associé à la prise de D-cyclosérine , pour confirmer, avec plus de participants, les résultats obtenus dans cette étude pilote”, déclare Piccirillo.

Si cette étude ne nous offre qu’une piste de traitement dans la lutte contre les acouphènes, il y a fort à parier que la clé dans l’élaboration d’une thérapie efficace réside dans notre cerveau, celui-ci disposant des capacités pour s’adapter et moduler nos réactions à ces sifflements dans les oreilles.

Les Laboratoires BIORL, pionniers de la Phytonutrition ORL et forts de leur expérience en matière d’acouphènes, ont élaboré une gamme complète pour accompagner les patients souffrant d’acouphènes.

Nos chercheurs ont élaboré deux formules naturelles SERENYL ® et COENZYL Q10 ®, pour vous accompagner au quotidien, soulager vos acouphènes et toutes les gênes occasionnées par ces derniers.

Retrouvez toutes les informations sur vos produits Biorl et des dossiers thématiques santé complets sur www.biorl.fr.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »