Le Viagra responsable de vos acouphènes ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

VIAGRA (Sildénafil) Baisse d’audition soudaine et acouphènes

Le Sildénafil (Viagra) est l’un des médicaments les plus vendus dans le monde avec près de 2 millions de dollars de ventes en 2013 pour le traitement de la dysfonction érectile.
Cependant, un rapport publié récemment a fait état d’un nombre de cas croissant d’hommes ayant utilisé ce produit et ayant subi une perte auditive soudaine.
Le Sildénafil serait-il responsable de perte d’audition soudaine et d’acouphènes ?

Le Viagra (Sildénafil) fait partie de la classe thérapeutique nommée phosphodiestérase de type 5 (inhibiteurs de la PDE-5). Les autres médicaments de cette classe sont le Cialis (tadalafil) et le Levitra (vardénafil). Le Viagra représente environ 45 % de part de marché.

Elaboré à l’origine par le Laboratoire pharmaceutique Pfizer afin de traiter l’hypertension et réduire la pression artérielle, le sildénafil a obtenu en 1990 son autorisation de mise sur le marché pour le traitement de l’angine de poitrine (Angor) causée par l’obstruction des artères coronaires.  L’obstruction est le plus fréquemment causée par l’athérosclérose dans les artères et peut conduire à une crise cardiaque et le décès.

Les patients cardiaques sous sildénafil  ont signalé des effets secondaires particuliers intéressants. En effet le Sildénafil améliorerait la circulation sanguine dans tout le corps et pas seulement au niveau du cœur.  Ainsi, sans l’avoir volontairement développé dans cette indication, les Laboratoires Pfizer disposaient d’un médicament pour le traitement de la dysfonction érectile. Au terme de plusieurs années de procédure, en 1998, Les Laboratoires Pfizer présentaient Viagra, la pilule bleue dans le traitement de la dysfonction érectile. , Le succès était fulgurant.  Durant les trois premiers mois, 2,9 millions d’ordonnances de Viagra ont été rédigées.

En 2007, plusieurs rapports de pharmacovigilance dénoncaient des cas de perte auditive soudaine chez des hommes traités sous Viagra.  La Food and Drug Administration ouvrait alors une enquête d’investigation sur les effets secondaires des inhibiteurs de la PDE-5 et recensait 23 cas de perte auditive soudaine associés à cette classe de médicaments. La FDA imposait alors d’indiquer clairement ce risque d’effets secondaires sur les notices de ces médicaments.

En 2010, une vaste étude épidémiologique a été lançée auprès de 11 000 hommes âgés de plus de 40 ans qui ont utilisé des inhibiteurs de la PDE-5.  Le rapport a conclu que les hommes présentant une brusque baisse d’audition étaient davantage prédisposés à développer une déficience auditive soudaine sous l’un des inhibiteurs de la PDE-5.  Bien que l’étude ait démontrée une association entre la perte d’audition et tous les médicaments de la classe d’inhibiteurs de la PDE-5, la seule association significative l’était lors de la prise de Viagra. L’on peut penser que ce constat est dû au large succès populaire du Viagra et au fait que la majorité des cas observés utilisaient du Viagra.

Cette étude permettait de justifier l’obligation de mention de ces effets secondaires sur les notices des médicaments de cette classe thérapeutique.
Une seconde étude épidémiologique publiée en 2011 a recensée les données sur les effets secondaires des inhibiteurs de la PDE-5 et a objectivée 47 cas de surdité de perception associés à leur utilisation.
L’une des principales causes de l’acouphène est la perte d’audition. L’Association américaine des acouphènes estime que la perte auditive est responsable de 70% de l’ensemble des cas d’acouphènes.  Dans la mesure où le Viagra est susceptible de provoquer une perte d’audition, il est également prudent de supposer que cela va aussi conduire à des acouphènes.

Il est capital de mieux appréhender le protocole de ces études.Il s’agit d’études rétrospectives et épidémiologiques.Il ne s’agit pas d’étude clinique où l’on administre à une catégorie de patient une molécule active et à un autre groupe un placebo. Dans le cadre d’une étude clinique versus placebo les effets d’un médicament comparé à un placebo peuvent être analysées et la causalité de l’action est déterminée.

Dans les études épidémiologiques rétrospectives, un questionnaire est proposé aux patients sur leurs antécédents médicaux et leur prise d’autres médicaments.  Ces antécédents sont ensuite corrélés avec leur état de santé et leurs conséquences qui peuvent ensuite être étudiés pour tenter de déterminer la causalité.  Les études épidémiologiques sont généralement employées pour définir des indications et des effets secondaires sur une catégorie de population.

Aucune des études mentionnées précédemment ne peut prouver et objectiver la causalité;  En l’état actuel, aucune preuve n’est apportée sur le fait que les inhibiteurs de la PDE-5 causent une perte soudaine de l’audition. Certes, il existe de fortes présomptions, mais aucune preuve objectivée.

Certes, le mécanisme d’action pour expliquer les raisons de ces brusques pertes d’audition est très clair mais l’on ne peut rien affirmer. Le Docteur James Saunders, co-auteur de l’étude publiée en 2009 “Mon sentiment personnel est que les inhibiteurs de la PDE-5 réduisent probablement la capacité des cellules ciliées à absorber et supporter une variété de stress cellulaire, ce qui est l’un des facteurs de prédisposition au développement des lésions cellulaires permanents et par conséquence à la mort cellulaire suite à un facteur d’agression externe mineur, tel que l’exposition au bruit ou ischémique(approvisionnement en sang restreint)
Une autre thèse avance que l’augmentation du flux sanguin dans l’oreille provoquée par les inhibiteurs de la PDE-5 peut effectivement altérer le fonctionnement du système auditif.
Les études épidémiologiques démontrent que les personnes traitées par un inhibiteur de la PDE-5 sont deux fois plus susceptibles de subir une perte audition que ceux qui ne les utilisent pas.

L’incidence annuelle estimée de la perte audition soudaine est de 5 à 20 cas par 100 000 personnes. Si ce nombre est doublé en raison de l’utilisation d’inhibiteurs de la PDE-5, il faudrait alors tenir compte d’un maximum de 320 cas pour 100 000.
Bien sûr, ce n’est pas la majorité, sauf si vous êtes l’un entre eux. Les effets peuvent ensuite se révéler dévastateurs.

À la lumière des informations ci-dessus et les spéculations sur le mécanisme d’action, Il est important que les utilisateurs de cette classe thérapeutique aient conscience des dangers potentiels que la prise de Viagra peut représenter pour leurs oreilles. Les études ci-dessus démontrent que l’apparition de la perte auditive se produit dans les un à deux jours après l’ingestion du médicament.  la prudence voudrait que ces utilisateurs évitent activement le bruit durant les deux jours suivant la prise d’un inhibiteur de la PDE-5. Et dans le cas où vous constatez les symptômes d’une audition altérée, vous devez vous rendre sans tarder chez un spécialiste ORL.  Il existe des traitements efficaces s’ils sont pris suffisamment tôt.

Retrouvez nos Solutions Naturelles pour le traitement des acouphènes et la protection de votre audition sur notre site www.biorl.fr

Références:

J Laryngol Otol.  2007; 121: 395-397.
Maddox, et al laryngoscope.  2009; 119: 1586-1589.
McGwin G Jr. Arc Otolaryngol Head Neck Surg 2010; 136: 488-492..
Khan AS, et al laryngoscope 2011; 121: 1049-1054.
Byl FM Jr. laryngoscope 1984; 94: 647-661.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »