Emotions et humeur : de la difficulté de traiter les acouphènes

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les dernières avancées scientifiques permettent aujourd’hui d’expliquer les difficultés à soigner les acouphènes.

Si aucune cause objectivable n’est identifiée pour expliquer vos acouphènes (traumatisme, bouchon de cérumen…), ce qui est le cas le plus fréquent, aucun traitement ne permet aujourd’hui d’assurer une guérison complète, mais au mieux les atténuer. L’acouphène affecte une plus grande partie du cerveau que ce qu’on imaginait. Si les zones cérébrales auditives sont impliquées, les régions liées aux émotions, à la mémoire et à l’humeur sembleraient jouer un rôle essentiel, expliquant selon les chercheurs, pourquoi de nombreux traitements sont inefficaces aujourd’hui.
En effet, des recherches réalisées à l’Université de l’Illinois, et publiée dans la revue Brain Research, affirment que les personnes souffrant d’acouphènes ont des centres de traitement des émotions fonctionnant différemment de ceux des personnes saines.
Pour Fatima Husain, Professeur en Sciences de la parole et de l’ouïe à l’Université de l’Illinois, les acouphènes sont associés à une augmentation du stress, de l’anxiété, de l’irritabilité et à des états de dépression, autant de conditions affiliés aux systèmes de traitement émotionnels du cerveau.
“Nos résultats suggèrent que le réseau de traitement émotionnel est altérée dans les acouphènes ».

Un traitement “très difficile” et “très compliqué” à trouver

“Depuis le début, nous essayons de cibler une des régions du cerveau mais il va falloir impliquer un tas d’aires cérébrales en même temps”, a déclaré le Pr Phillip Gander, chercheur à l’Université de l’Iowa (Etats-Unis).
“L’interaction complexe des acouphènes et du système limbique (système de gestion des émotions) doit être comptabilisé dans le développement de nouvelles stratégies de gestion des acouphènes.”
S’il n’y a pas de remède pour la maladie, il existe des thérapies pour la gérer. Le son lui-même ne va pas disparaître. Des recherches en cours permettront de faire la lumière sur ces nouvelles cibles cérébrales et soutenir de futures thérapies qui pourraient rendre la vie plus facile pour les patients acouphéniques.

En attendant un traitement, comment agir sur votre cerveau d’acouphénique ?

Lorsqu’une personne souffre d’acouphènes, le corps ressent une attaque permanente et une agression chronique. Ainsi, les effets sont interminables et le corps réagit de manière physique avec de nombreux troubles associés, comme l’insomnie, l’anxiété et même la dépression. Une fois que ces réactions se produisent, elles ne font qu’intensifier l’acouphène et la personne sombre dans un cercle vicieux. Pour cette raison, il est extrêmement important pour les personnes souffrant d’acouphènes de trouver un moyen pour se détendre, minimiser leurs symptômes et lutter contre ce stress exacerbant les bourdonnements.

Bien évidemment, cela est beaucoup plus facile à écrire qu’à réellement mettre en œuvre. Néanmoins, il est très important de faire un effort pour l’atteindre. Les personnes souffrant d’acouphènes le savent très bien et s’évertuent à ne pas à stresser sachant que leurs bourdonnements s’intensifieront inexorablement.
Heureusement, il existe des moyens de diminuer son stress et le maintenir sous contrôle avant qu’il ne vous échappe.

L’un de ces moyens le plus simple et le moins coûteux consiste à pratiquer de l’exercice et à se dépenser.
Il a été prouvé que l’exercice aide vraiment les individus à se détendre, oublier ce qui les tracasse et tout simplement profiter du moment présent. Ceux qui ont des acouphènes devraient pratiquer un exercice ou une activité physique chaque jour pour se détendre, oublier leurs bourdonnements quelques temps et si tout va bien se détendre suffisamment.

Une autre bonne option pour réduire le stress est de prendre part à des exercices de yoga ou de méditation et se faire masser régulièrement.
Ainsi, les personnes souffrant d’acouphènes doivent œuvrer pour posséder un cadre de vie peu anxiogène tout en pratiquant des exercices physiques et de méditation.
90 % des patients acouphéniques voient leurs sensations de sifflements et de bourdonnements aggravés lorsqu’ils sont soumis à des situations stressantes.

Enfin, le recours à des médecines alternatives et complémentaires dans le traitement de toutes ces perturbations émotionnelles s’avère très efficace.
De nombreuses études se sont intéressées à ces thérapies alternatives. Parmi celles-ci, l’utilisation des plantes médicinales et des suppléments nutritionnels suscitent un grand intérêt. En effet, de par leur innocuité, les compléments alimentaires riches en nutriments essentiels offrent une solution « santé » naturelle à long terme pour lutter contre les acouphènes, améliorer le quotidien et lutter contre stress, anxiété et dépression.

Retrouvez un dossier thématique complet sur les acouphènes et nos solutions phytonutrionnelles innovantes, SERENYL® et COENZYL®, sur le site institutionnel des Laboratoires BIORL : www.biorl.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »